Notre slogan

Publié le 20/09/2015 à 23h34 (mise à jour le 22.02.2017 à 19h24)

Militantes (2)

Explications

Dernièrement je lisais dans un journal que des employés de centres commerciaux sont envoyés dans d’autres succursales afin de se faire passer pour des clients potentiels.

L’objectif est ensuite de rédiger un rapport à leur direction sur la qualité de l’accueil et des conseils donnés par les employés aux clients. Je ne me rappelle plus de tous les critères mais c’est ce dont je retiens de l’article.

Il y a aussi les détenteurs d’animaux de ferme qui sont contrôlés selon des normes bien strictes!

Alors comment expliquer qu’il y ait de tels contrôles dans ces professions et qu’ils soient inexistants dans les institutions médico-sociales et hospitalières? Comme le disent certains, le bétail est parfois mieux soigné…

Il est temps de réagir et penser agir!

Oui je vous l’assure, ces contrôles sont inexistants! Ou alors dans le meilleur des cas, l’expertise est annoncée plusieurs semaines à l’avance mais elle ne concernera jamais la qualité de la prise en charge du résident. Ce sera plutôt des contrôles administratifs et ceux des caisses maladies ne manquent pas, je vous assure!

Quand je parle de contrôles qualités dans les services de soins, je fais référence à un organisme compétent et formé uniquement à la réalisation de ces contrôles inopinés. On peut penser qu’il n’en existe pas parce qu’il faut faire confiance aux directions des soins qui sont sensées offrir des prestations de qualités découlant d’une philosophie respectueuse et d’un professionnalisme adapté à chaque catégorie de soignants.

canvas

Hélas, de graves dysfonctionnements internes existent dans de nombreux établissements.

La majorité des plaintes de familles ou d’employés sont gelées soit directement par la direction elle-même, soit, si cela va plus loin, par la présidence. L’étouffement des dénonciations est spontanée et les dysfonctionnements sont nombreux de part et d’autres du système.

Je fais référence à un des témoignages d’une employée qui a dénoncé des faits graves à une Antenne d’écoute et de soutien dans le domaine de la maltraitance. Cet organisme met en avant la confiance et l’anonymat du plaignant. Elle me raconta que ces critères ont été bafoués car l’un des coordinateurs, ami avec le président de l’établissement s’est empressé de le contacter en expliquant le contenu de la plainte et surtout en citant le nom du collaborateur.(…) Cet employée a perdu son travail mais se dit fière de pouvoir continuer à se regarder dans un miroir…

frl2728513607

Alors à qui pouvons-nous faire confiance?

Certes, la réputation de tous les centres de soins est fondamentale mais fermer les yeux sur des faits graves est inadmissible et répréhensible.

argent pourriEn conclusion

Une direction de soins compétente devrait plutôt remercier les employés qui dénoncent des faits graves isolés ou répétés et faire en sorte d’y remédier de suite. On l’a vu dans plusieurs cas de dénonciations, il faut environ 10 personnes pour créer une réaction externe…Il faut que cela change et que nous n’ayons plus peur de réagir!

Mais ce n’est pas demain la veille malheureusement tant que les politiques continueront à mettre leur priorité sur les restrictions budgétaires.


Webmestre éditorial              Sophie Lattion, présidente de l’association.


Photo prise sur argent-pourri