La douleur

La douleur

Publié le 04/05/2014 à 13h34 (mise à jour le 07/01/2017 à 11h19)

La douleur

La douleur

Vignette choc

Cette boîte représente un Bds qui souffre. En créant le personnage, c’est devenu une évidence de dissocier le corps de la tête. La souffrance et la douleur accablent, dissocient et martyrisent l’être humain.

Les oiseaux sont morts…la sonnette est débranchée…Le téléphone pleure…La douleur transperce mon personnage de part et d’autre jusqu’à dissocier son corps de sa tête. Personne ne l’accompagne dans sa souffrance. L’agonie est lente et piquante…

Il n’est pas rare d’entendre des infirmier.e.s dirent que tel Bds n’a pas mal mais qu’il est angoissé ou qu’il ne faut pas « trop »écouter tel ou telle soignant.e car il ou elle est trop sensible. On peut alors dire que les représentations individuelles dominent le professionnalisme.


Webmestre éditorial              Sophie Lattion, présidente de l’association.


Les grandes douleurs sont muettes

Publié le 04/05/2014 à 13h34 (mise à jour le 07/01/2017 à 11h121)

La douleur est franche.
Elle arrive d’un coup, imprévisible,
Vous déchire le cœur et les entrailles,
Envahit votre cerveau d’idées noires,
Le corps n’est plus qu’une immense plaie béante,
Vous plonge dans une espèce de torpeur, pour supporter l’insupportable,
Elle annihile les jours, les nuits, le temps qui passe,
Elle fait fuir votre famille, vos amis, elle fait peur,
Elle prend un malin plaisir à être là contre l’injustice de l’oubli

La souffrance est sournoise:

Tel le cancer elle vous ronge à petit feux,
Elle est là tapie en permanence, sautant sur la moindre occasion,
Une date anniversaire, un parfum,
Les fêtes familiales, des scènes de vie,
La souffrance fait tout pour vous rappeler son amie la douleur,
Elle vous fait rire pour ne pas pleurer,
Elle vous fait chanter pour ne pas hurler,
Elle vous fait serrer les dents quant aux réflexions des autres,
Ce sont deux amies indéfectibles, liées pour le pire.

                                    Auteur inconnu