Plaisir des sens

Publié le 21/05/2014 (mise à jour le 08/01/2017 à 09h51)

5 sens

Vignette

Hormis le fait que cette bénéficiaire de soins (Bds) n’ait pas d’animation, ce contexte situationnel exprime l’altération, liée à l’âge, des sens qui sont de véritables guides pour les activités de notre vie quotidienne.

Cette dame aime lire mais avec une diminution considérable de la vision et l’incapacité d’accéder à ses lunettes, elle ne peut s’adonner à son activité préférée.

En tant que soignant, nous avons l’obligation de nous poser la question avant de quitter le Bds:

Ai-je pensé à tous ses appareillages et moyens techniques tels que:

  • Lunettes
  • Loupe de lecture
  • Appareils auditifs
  • Appareils dentaires
  • Canes, déambulateur,
  • Chaussures adaptées (qui tiennent bien le pied – risque de chute)
  • Sonnette à portée de main

L’autre représentation de cette situation est l’hydratation de la personne âgée. Les bds qui restent dans les étages n’ont peut-être pas la capacité  d’adaptation et de discernement liés à cette problématique. C’est à nous de pallier au risque de déshydratation du Bds.

Recevra-t-elle aussi une boisson et une collation?

unnamed


Webmaster éditoriale                         Sophie Lattion, présidente de l’Association


L’altération des sens et la perte d’équilibre

Publié le 21/05/2014 (mise à jour le 08/01/2017 à 09h55)

Image1

La vue, l’ouïe, le toucher, l’odorat et le goût évoluent au fil des années

« Les maladies de l’œil » (cataracte, glaucome, dégénérescence maculaire) surviennent tardivement et contribue principalement à gêner la lecture de près. La fréquence des cataractes, en particulier, augmente avec l’âge. « Causé par le jaunissement ou la décoloration de la cornée, ce trouble réduit la quantité de lumière atteignant la rétine, fausse les couleurs, rend difficile la perception précise des objets. » Elle s’opère désormais parfaitement.1

Exemple de troubles visuels:

La personne âgée handicapée de la vue

Publié le 21/05/2014 (mise à jour le 08/01/2017 à 10h07)

Le sujet âgé a plus de mal à effectuer un travail de deuil véritablement opérant. La pratique montre que fréquemment se produit un enkystement dépressif. Le handicap est intégré douloureusement après avoir été dénié. La troisième phase du deuil, au lieu d’être une réaction positive du sujet, ressemble à une dépression atténuée. La vie recommence, continue, mais avec une tonalité plus sombre, un élan vital davantage réduit et une très forte sensibilité à la frustration des désirs, ou des plaisirs visuels. La personne exprime ses plaintes, met en avant les raisons qu’elle peut avoir d’être inconsolable, un peu comme si elle sur investissait après coup l’acte de voir. Ce comportement dépressif a minima peut aller lentement en se réduisant, ou plus fréquemment, il perdure en l’état (même si les compensations réalisées réduisent les conséquences immédiates de la déficience et permettent au sujet de recouvrer une plus grande autonomie).

Il existe un risque de décompensation sociale. Le troisième âge est parfois celui des équilibres socio-relationnels anciens et instables. Le sujet a tissé avec son voisinage, sa famille et ses relations amicales un ensemble de relations, d’actions ou d’assistance qui sont devenues des habitudes indispensables à son autonomie. La survenue d’une déficience visuelle et tout particulièrement les séparations d’avec le milieu qu’elle peut supposer (hospitalisation, rééducation…), risque de faire s’écrouler, disparaître l’ensemble de ces habitudes nécessaires et amener le sujet à effectuer ce que nous appelions ‘une décompensation sociale’. 2

L’audition

Publié le 21/05/2014 (mise à jour le 08/01/2017 à 10h08)

Plusieurs éléments sont révélateurs des troubles de l’audition (presbyacousie, acouphènes), comme :

  • La réduction de l’acuité auditive pour les sons aigus, les plus utilisés pour la compréhension
  • Les difficultés dans les ambiances bruyantes
  • La diminution de l’espace de communication

Les pertes sont plutôt sélectives que totales, mais pour pallier à ces problèmes, il existe des aides auditives (contour d’oreille, aides : intra auriculaire…)

Le toucher

En ce qui concerne le toucher, « les récepteurs cutanés restent intacts mais la transmission au système nerveux central peut faire défaut ». Certaines sensations, notamment pour garder l’équilibre, en diminuant peuvent provoquer des chutes. 3

Le goût et l’odorat

Le vieillissement n’entraîne pas forcément la détérioration du goût et de l’odorat, qui sont liés. Toutefois, la nourriture peut paraître plus fade et l’appétit disparaître. C’est pourquoi, il faut être vigilant au risque de dénutrition.

« Le vieillissement du muscle squelettique se traduit par une diminution de la masse et de la force musculaire.
Le vieillissement osseux lui, se caractérise par la réduction de la densité osseuse (ostéopénie) principalement chez la femme sous l’effet de la privation hormonale de la ménopause et par la diminution de la résistance mécanique de l’os. »

Quelles sont les solutions pour préserver les sens et donc assurer un bon équilibre ?

  • Il faut surveiller la vue régulièrement. Cela sous-entend d’aller consulter l’ophtalmologiste dès la moindre douleur, et pour faire des bilans.
  • Il est primordial de vérifier son audition par la fréquentation de différents lieux, groupes, plus ou moins bruyants. La surdité, même légère doit être corrigée, pour éviter l’isolement et l’exclusion.
  • La meilleure manière de solliciter le goût et l’odorat, est de préparer des plats variés, des mets parfumés.
  • Enfin, les échanges avec les relations sociales notamment la famille, sont indispensables, pour continuer à faire travailler les récepteurs cutanés.3

1 Article rédigé par: aveclesaidants

Source internet consultée sur http://www.aveclesaidants.fr

2 Article rédigé par Nacha, issu du psychologue Pierre Griffon

Source internet consultée sur http://www.blindlife.ch

3 Article rédigé par: aveclesaidants

Source internet  consultée sur http://www.aveclesaidants.fr


Image cinq sens consultée sur http://kyrax.pagesperso-orange.fr/site/5_sens.html