Prévention des chutes chez la personne âgée

Publié le 25/05/2014 (mise à jour le 08/01/2017 à 10h21)

On estime qu’environ un tiers des personnes âgées de 65ans et plus et vivant à domicile chutent chaque année.
Cette proportion augmente avec l’âge et les femmes sont quasiment deux fois plus nombreuses à chuter que les hommes. Les chutes des aînés engendrent un nombre conséquent d’hospitalisations et la fracture de la hanche en est un motif important.

 

Les conséquences physiques et psychologiques d’une chute peuvent être importantes chez la personne âgée : diminution de la mobilité, perte de confiance en soi, limitation des activités quotidiennes et action du déclin des capacités fonctionnelles, mise en péril du maintien à domicile.
Enfin, elles constituent la principale cause de décès par traumatisme dans cette population.

L’évaluation approfondie en pratique

Plusieurs facteurs de risque peuvent être détectés relativement facilement. Plusieurs outils, grilles ou tests de dépistage existent.

Exemples de facteurs de risque:

  • Prise médicamenteuse: demander à la personne de lister ses médicaments, contrôler sa pharmacie
  • Diminution récente de la mobilité, perte d’équilibre;
  • Peur de chuter: demander à la personne quelles sont les activités ou les situations qu’elles redoutent : marcher dans la rue, prendre les transports en commun, monter ou descendre des escaliers, porter des courses, se hâter etc.
  • Activités à risque: vérifier les chaussures, les lunettes utilisées, l’utilisation des moyens auxiliaires (canne, déambulateur, téléalarmes, etc.) les activités réalisées régulièrement (monter sur une chaise ou une échelle monter ou descendre des escaliers, passer la serpillière…)
  • Alimentation: vérifier s’il y a une perte de poids involontaire, une perte d’appétit, une diminution des apports hydriques, etc.

Comment parler de la chute ? Vers une approche d’éducation du patient

La chute est souvent un sujet tabou, symbole du vieillissement, de dépendance et de pertes d’autonomie.
Aborder cette question en consultation ou lors d’une visite à domicile, en insistant sur les moyens de la prévenir au quotidien, peut permettre de dédramatiser cet événement et d’ouvrir des discussions sur l’état de santé ou sur la qualité de vie de la personne âgée.

Une approche éducative est une stratégie efficace pour agir, de façon globale, sur les représentations et les comportements de santé des personnes âgées. Cette démarche éducative s’appuie sur un diagnostic éducatif, psychologique, culturel et social.

Concernant les chutes, ce diagnostic doit permettre au professionnel d’identifier

  • Les représentations du patient, ses croyances, ses attitudes et ses connaissances vis-à-vis de la chute et de ses conséquences, d’identifier aussi les effets du vieillissement propres à la personne âgée et des moyens de prévention
  • Le stade d’acceptation, par le patient, de son risque de chute
  • et de comprendre les priorités du patient.

La relation ne se limite pas au soignant et au patient, mais doit aussi intégrer, autant que possible, l’entourage familial.

Agir sur les troubles de l’équilibre et de la marche : les ingrédients essentiels d’un programme d’activité physique.

Encourager la personne âgée à pratiquer une activité physique adaptée et idéalement, proposer un programme d’activité physique, qui, pour être efficace, devrait comporter (à raison de deux à trois sessions de 1 heure par semaine, pendant 10 à 12 semaines) :

  • Des exercices d’assouplissement (gymnastique douce, Taï chi par exemple)
  • Des exercices de renforcement musculaire et d’entraînement de l’équilibre (utilisation de poids ou de résistance)
  • Des activités de mobilisation (montée et descente d’escaliers avec une rampe, marche accompagnée à l’extérieur).

Conditions de succès :

  • Adapter la difficulté des exercices aux capacités des personnes et augmenter la difficulté au fur et à mesure des progrès, ce qui suppose une évaluation du niveau de la personne
  • Dispenser les exercices par des professionnels entraînés et sensibilisés au vieillissement
  • Encourager la persévérance et maintenir les acquis

Auteur

Institut National de prévention et d’Éducation pour la Santé

Source internet consultée sur http://www.inpes.sante.fr/

Image consultée sur http://www.cmcasalencohttp://mushinkan.over-blog.com